Maroc : des manifestations contre l'oubli et pour la dignité - www.rezocitoyen.org

Accueil du site > Informations Générales > Maroc > Maroc : des manifestations contre l’oubli et pour la dignité

Maroc : des manifestations contre l’oubli et pour la dignité

, par Hayat Boustavendredi 2 juin 2017

La région du Rif au Nord du Maroc, cette région qui a connu le combat exemplaire de Mohamed Abdelkrim El Khattabi contre les colonisations espagnole et française n’a cessé de préoccuper le Makhzen marocain.
Le roi Hassan II avait opté pour le délaissement du Nord marocain en particulier depuis les événements de janvier 1984 où trouvèrent la mort et seront arrêtés plusieurs manifestants.

Au début de son intronisation en 1999, le roi Mohamed VI avait fait des promesses pour l’amélioration des conditions de vie de ces populations qui ont souvent manifesté contre le délaissement de leur région.

En Octobre 2016, à El Hoceima, la mort d’un vendeur de poisson broyé par une benne à ordures a exaspéré les habitants qui, par milliers, sont descendus dans la rue scandant leur indignation. Les promesses tenues alors pour s’intéresser à cette région n’ont jamais été tenues.

En mai-juin 2017, les habitants de El Hoceima s’organisent pour réclamer leur dignité et ne pas tomber dans l’oubli. Il y eut plusieurs arrestations dont celle de Nasser Zefzafi, l’un des principaux organisateurs de ces manifestations. Ce 1er juin 2017, une grève générale a été respectée et la quasi-totalité des magasins ont fermé leurs devantures en signe de solidarité avec ce mouvement « Hirak » qui lutte contre la corruption et pour le développement du Rif depuis trop longtemps.
Ce mouvement prend de l’ampleur. Plusieurs villes du Maroc dont Casablanca, Rabat, Meknes… ont aussi organisé des sit-in et des rassemblements de solidarité avec les populations du Rif. Ces manifestations ont été dispersées violemment par la police.

Les populations de ce « pays où tout est en trompe l’œil » comme le disait Patrick Baudoin [1] lors d’une conférence, ces populations de cette « exception marocaine » dont se targue bien des pays occidentaux pour préserver leurs intérêts ont pris conscience, en s’indignant à plusieurs moments, de la trop grande fracture sociale favorisant la richesse indécente d’un petit nombre..

Les intérêts semblent préservés. Les chantiers innovants bénéficient aux investisseurs étrangers et aux marocains aisés qui ne tiennent aucun compte de la masse de déshérités du Nord au Sud du Maroc. Comme pendant la période coloniale, on innove dans le « Maroc utile » au détriment du « Maroc inutile ». Ce n’est là que la continuité d’une dépendance qui, en aiguisant les contradictions sociales et la pauvreté d’une majorité qui « n’aura plus rien à perdre » risque de créer une situation dont ne profiteront ni investisseurs ni leurs alliés.

Notes

[1] avocat et président d’honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH)

ajouter un commentaire


Pour signaler un dysfonctionnement technique ou un contenu qui n’est pas à jour cliquez ICI

Site optimisé pour Mozilla/Firefox. Nous recommandons à nos lecteurs d'utiliser le navigateur Mozilla-Firefox afin de protéger leur vie privée.
Vous disposez d'un droit de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art 34 de la loi "Informatique et Libertés "). Pour l'exercer,adressez vous à l'association Rézo Citoyen, Maison des Associations, 21, allée Baco, 44000 Nantes: Contacter Rézo Citoyen
|Signaler un contenu illicite |Suivre la vie du site RSS 2.0 | Accueil du site | Qui sommes nous | Espace privé | SPIP | Rézo Citoyen soutien la Coop Ouvaton